Le racisme, ce fléau…

J’ai attendu quelques jours, pour tenter de prendre du recul sur ce que j’ai vu et entendu ces derniers jours. Mais malgré tout, je n’arrive pas à trouver les mots.

Les mots sont censés avoir du sens, mais lesquels devrait-on employer pour des événements qui n’en ont aucun ? Comment décrire les atrocités commises au nom d’une origine, d’une couleur de peau ? Comment décrire ce sentiment de colère, de tristesse infinie face à des humains qui sont meurtris dans leur chair, parce qu’ils seraient nés du « mauvais » côté, dotés de la « mauvaise » pigmentation ?

Le racisme est partout. On le qualifie même d’ordinaire, tant ses manifestations sont diverses et nombreuses. Il dépasse les frontières, mais dépasse surtout l’entendement. Il touche tous les pays, concerne toutes les ethnies. Il blesse, il tue, laisse des enfants orphelins et des parents sans enfants.

Comment, dans ces conditions, pourrait-on ne pas se sentir concerné ? Ce qui se passe aux États-Unis pourrait très bien se passer sous notre fenêtre et nous en avons le pressentiment chaque jour face à notre propre actualité.

J’ai la chance d’être née sur une île où le multiculturalisme a sa place, et où le racisme n’est pas inexistant mais où la tolérance est davantage développée que dans de nombreux autres endroits.

Je suis issue d’un métissage, et je n’ai pas peur de marcher dans la rue. Je n’ai pas peur de me faire contrôler par les forces de l’ordre. Je n’ai pas peur d’une institution qui devrait savoir me protéger. Je n’ai pas peur de vivre parce que ma peau est plus foncée. Et personne ne devrait.

Et lorsque le racisme qui fait déjà des ravages à l’échelle individuelle, devient institutionnalisé, banalisé, nous avons tous notre rôle à jouer. Nous ne pouvons pas nous complaire dans l’ignorance, et continuer à croire que ça n’arrive qu’aux autres. Le passé nous a déjà appris qu’aucune persécution, sur la base d’une origine, d’une religion, d’une orientation sexuelle… n’est justifiée. La haine ne doit pas gagner. Nous nous devons de nous éduquer, d’éduquer à notre échelle, de dénoncer, de donner de la visibilité à tous ces actes et ainsi peut-être être la goutte d’eau qui permettra un changement durable.

Car le racisme, à jamais, est et restera intolérable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s